TÉLÉCHARGER CARIBOOST V1

J'y ai intégré un répertoire local sur le disque dur du client4, histoire de montrer que cet espace peut être considéré comme un prolongement de l'ensemble. Citation: Mais je souhaite héberger un autre site de pêche. Ta problématique est donc toute simple: - tu étais initialement dans la situation du client2 ci-dessus: un espace perso avec un site installé! Il te faudra tout simplement placer tes sites chacun dans un répertoire particulier. Par exemple le premier site sur les poissons sera dans le répertoire "poissons", le second sur les chats dans le répertoire "chats", etc

Nom:cariboost v1
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:45.21 MBytes



Vitesse du processeur. Capacit graphique. Capacit de stockage. Suret de fonctionnement ordonnancement, synchronisation. Dure du temps de traitement qui doit tre la plus courte possible.

Adaptation lenvironnement. Les applications locales cest--dire qui ne ncessitent pas de connexion rseau ex: jeux, calculatrice,. Les applications tournant en rseau peer to peer cest--dire de terminal terminal sans lintermdiaire dun serveur ex: certains jeux, chat direct, certains outils de tlchargements,. Les applications client-serveur lgres telle que laffichage de contenu transmis par un serveur.

Le terminal client ayant une logique applicative limite. Les applications client-serveur intelligentes qui par rapport aux prcdentes ncessitent un traitement cot client relativement important ex: application sans fil. Les applications distribues qui tournent sur plusieurs clients sans ncessiter de serveur certains jeux multi-joueurs, appareil de surveillance,.

On appellera terminal mobile ou terminal embarqu un systme embarqu monoprocesseur spcialis pour un ensemble rduit de taches ex: tlphone cellulaire, un PDA, un systme de navigation pour voiture. J2ME Historique Caractristiques Configurations et Profiles Packages Optionnels Historiquement, Sun a propos plusieurs plateformes pour le dveloppement d'applications sur des machines possdant des ressources rduites, typiquement celles ne pouvant excuter une JVM rpondant aux spcifications compltes de la plate-forme Java SE.

On peut citer : JavaCard : pour le dveloppement sur des cartes puces PersonnalJava : pour le dveloppement sur des machines possdant au moins 2Mo de mmoire EmbeddedJava : pour des appareils avec de faibles ressources En , Sun propose de mieux structurer ces diffrentes plateformes sous l'appellation J2ME Java 2 Micro Edition. Courant , la plate-forme J2ME est cre pour le dveloppement d'applications sur appareils mobiles ou embarqus tels que des tlphones mobiles, des PDA, des terminaux, Llaboration de J2ME renomm Java ME en est la seconde rvolution dans lhistoire du langage Java, la premire tant le concept des servlets, ces bouts de codes Java, scuriss, tournant sur un serveur, en remplacement des scripts CGI Common Gateway Interface jugs peu fiable.

Un environnement J2ME est compos de plusieurs lments: Une machine virtuelle ddie tenant compte des ressources limites du matriel cible. Un ensemble dAPI de base. Des API spcifiques. Pour rpondre la plus large gamme dappareils cibles, J2ME est modulaire grce 3 types dentits qui sutilisent par composition : Configurations Profiles Packages optionnels Dfinition Une configuration concerne un ensemble de produits caractriss par certaines contraintes au niveau de la mmoire et de la puissance du processeur.

Elle dfinit galement le type de machine virtuelle qui sera utilise et lensemble minimal de classes de base de lAPI. Un processeur 32 bits, en gnral. Un accs rseau consquent. Elle possde lensemble des fonctionnalits de la JVM Classique mais des capacits rduites.

Une configuration peut contenir plusieurs profiles. Les applications peuvent tre de type bureautique, commerciales, de services, des jeux Lcriture de ces applications que lon appellera des MIDlets, sera dtaille par la suite. Cest le profile de base pour la configuration CDC. Il permet de dvelopper des applications nayant pas besoin dinterface utilisateur mais dune connexion rseau trs riche.

Le profile personnel de base Il permet de renforcer les fonctionnalits rseau du profile Fundation en lui permettant en plus, dimplmenter des IHM et GUI de base. Dfinir des API relatives une fonctionnalit spcifique dont le support est facultatif.

Lensemble de ces packages permet dutiliser des technologies particulires Bluetooth, services web, lecteur de code barre. Souvent dpendants du matriel. Avec WTK, on peut crer de nouveaux projets, les compiler et les excuter. Mais on ne peut pas diter le ou les codes sources correspondants. Une MIDlet est, comme son nom lindique, une application reposant sur le profil MIDP et dont la classe principale tant la classe abstraite javax. Ce paquetage se compose dune archive java fichier.

Le passage dans une tat se fait par lappel la mthode correspondante, par le gestionnaire dapplications. Lappel la mthode startApp permettra daller dans ltat dactivation, lappel pauseApp dans ltat de veille et lappel destroyApp dans ltat de destruction.

Sur la diapo suivante, les tats dactivation, de veille et de destruction sont respectivement appels Active, Pause et Destroy. Une MIDlet peut delle-mme passer dans les tats de veille ou de destruction en appelant respectivement les mthodes notifyPaused et notifyDestroyed. Lorsquelle est dans ltat de veille, elle continue recevoir des informations comme par exemple les timers, et elle peut dcider de sortir de cet tat en appelant la mthode resumeRequest.

La conception dune MIDlet ncessite plusieurs tapes : Lcriture; Compilation La pr-vrification; Le test de lapplication; La mise en paquet; Et le test de lapplication aprs la mise en paquet. Il doit donc comporter le minimum dinformations permettant la MIDlet de se lancer. En effet, vu que linitialisation se fait partir de la mthode startApp et que celle-ci est appele au dbut mais aussi chaque sortie de ltat de veille, il faudra distinguer ces situations. Une MIDlet en tat de veille ne devra pas bloquer de ressources partages critiques.

La MIDlet prsente la diapo suivante : Ne contient quun bouton de commande. Et se contente dafficher un message de bienvenue.

La compilation sobtient avec la ligne de commande suivante : javacd. Loption -bootclasspath indique le rpertoire o se trouvent les classes importer.

La pr-vrification sobtient avec la ligne de commande suivante : preverify d. Comme ce fichier porte le mme nom que le fichier de classe utilis en entre, cela revient craser lancien fichier. Remarques : En labsence de loption -d le fichier rsultat est mis dans un rpertoire output cr lors de la prvrification dans le rpertoire de travail.

On ne va pas effectuer la pr-vrification sur un fichier. Le test dune application seffectue avec la ligne de commande suivante : midp classpath. On utilise loutil jar pour crer larchive java ou encore le paquet.

Larchive java va contenir le code de lensemble des classes, et des ressources utilises par la MIDlet comme par exemple des fichiers images icnes. La ligne de commande est la suivante : jar cvfm MIDlet1. Le test d'une application aprs la phase d'archivage s'effectue avec la ligne de commande suivante : midp classpath. Descriptor MIDlet1. Contenu du. Le fichier. MF dcrit les caractristiques de l'archive. Il peut ventuellement y avoir plusieurs applications, dans ce cas elles sont toutes dcrites.

La mthode statique getDisplay renvoie une instance de la classe Display qui encapsule lcran associ la midlet fournie en paramtre de la mthode La mthode getCurrent pour connaitre lobjet courammant affich et la mthode setCurrent pour afficher lobjet fourni en paramtre Les lments de linterface graphique appartiennent une hirarchie dobjets : tous les lments affichables hritent de la classe abstraite Displayable.

Classe Screen: classe mre des lments de haut niveaux Classe Canvas: classe mre des lments de bas niveaux Impossible dajouter un lment directement dans Display sans quil soit inclus dans un objet hritant de Displayable Un seul objet de type Displayable peut tre affich.!

Applet : Une petite application java compile, incluse dans une page html, qui est charge par un navigateur et qui est excute sous le contrle de celui-ci.

Pour des raisons de scurit, par dfaut, les applets ont des possibilits trs restreintes. Ces composants sont dits lourds car ils utilisent les composants du systme sur lequel ils sexcutent. Ainsi, le nombre des composants est volontairement restreint pour ne conserver que les composants prsents sur tous les systmes.

GUI Global User Interface : Dispositif de dialogue Homme-Machine, dans lequel les objets manipuler sont dessins sous forme de pictogrammes lcran, que lutilisateur peut oprer en imitant la manipulation physique des ces objets avec un dispositif de pointage, le plus souvent une souris.

Cest une application native dpendante du systme dexploitation sur laquelle elle sexcute. Elle rpond des normes dictes par Sun pour assurer la portabilit du langage. Les mthodes ne peuvent agir que sur les donnes de l'objet auquel elles appartiennent. L'encapsulation des donnes se traduit par le fait que les donnes d'un objet ne peuvent pas tre modifies directement par les mthodes extrieures l'objet. Pour modifier les donnes d'un objet il faut donc passer par ses mthodes. L'encapsulation facilite et simplifie la rutilisation d'un objet tout en protgeant ses ressources.

C'est l'ensemble des mthodes visibles de l'extrieur, permettant d'appeler d'autres mthodes ou d'agir sur des donnes, non accessibles directement. Une classe est un modle utilis pour crer un objet. Elle englobe ncessairement toutes les caractristiques que l'on veut retrouver dans la famille d'objet qu'elle sert crer. C'est l'action de crer un objet partir d'une classe.

Un objet est alors une instance d'une classe. Le mot cl pour signifier une instanciation est new. L'hritage de proprits se fera au niveau des classes et non des objets. Le mot cl pour signifier un hritage est : extends. Une classe ne peut avoir qu'une seule superclasse, par contre son nombre de sousclasse n'est pas limit. Les Modificateurs Modificateurs Dfinition Modificateurs de contrles daccs Evolution des droits daccs Les types de variables Le modificateur static Le modificateur final Le modificateur abstract Les threads Les modificateurs sont des mots cls que l'on place au dbut de la dclaration d'une classe, d'une mthode ou d'une variable, et qui en change le sens.

Plusieurs modificateurs peuvent tre appliqus au mme lment. Il s'agit du plus bas niveau de protection des donnes. Il s'agit du niveau de protection des donnes le plus lev. Lors des hritages successifs : une mthode public dans une superclasse reste public dans toutes les sousclasses; une mthode protected dans une superclasse ne peut tre dans les sousclasses que protected ou public; une mthode dclare sans modificateur de contrle d'accs dans une superclasse peut voir son accs se restreindre dans les sousclasses.

Variable locale une mthode : elle est dclare et n'est visible qu' l'intrieur de cette mthode. Variable d'instance : elle est dclare l'intrieur d'une classe, mais en dehors du corps d'une mthode. Par principe elle se trouve juste aprs la premire ligne de dclaration d'une classe.

Son contenu peut varier d'une instance l'autre. Variable de classe : elle est, comme la variable d'instance, dclare l'intrieur d'une classe et en dehors du corps d'une mthode, mais la particularit d'tre commune toutes les instances de classe celles qui existe dj ainsi qu' celles qui le seront. De telles variables peuvent par exemple tre utilise pour implmenter des compteurs. Plac devant une variable, il la transforme en variable de classe. L'appel une variable ou une mthode static peut se faire utilisant non pas le nom de l'instance, mais directement le nom de leur classe.

TÉLÉCHARGER WEBDEV EXPRESS

Le Forum du Zèbre et des Zamiboostiens - Portail

.

TÉLÉCHARGER FREEMAKE VIDEO CONVERTER CLUBIC

Le Forum du Zèbre et des Zamiboostiens - Portail

.

TÉLÉCHARGER LES INSUS LIVE FLAC

Cours d’Introduction à J2ME

.

TÉLÉCHARGER DVBVIEWER TE2

Top 10 Votes

.

Similaire